La Chute (Québec) - 02 août 2003

cowboys_1Avec un style de musique original mélangeant folklore et rock, les CF regroupent un public jeune et moins jeune autour de différents thèmes d’actualité tels : le social, l’histoire et la politique.  Le groupe se compose de 5 membres : Marie-Annick Lépine (violon, accordéon, mandoline), Jean-François Pauzé (paroles, guitare), Dominique Lebeau (batterie), Karl Tremblay (chanteur) et Jérôme Dupras (basse).

Leur premier disque « 12 grandes chansons » sort en 1997, il est destiné aux amis et à la famille. En 1998 ils décrochent un contrat avec l’album « Sur mon canapé ». Ils enregistrent alors un album professionnel « Motel Capri » en 2000, avec lequel ils multiplient les spectacles. En 2002, l’album « Break Syndical » les fait connaître au Québec. Depuis ils enchaînent les concerts et sortent en 2003 un album de scène « Attache ta tuque », lequel a un énorme succès au Québec.

Q : Pour commencer, en quelques mots quelles sont les origines du groupe ?

K : Le groupe est né suite à une partie de Hockey en 1994, à laquelle JF et moi-même étions sur le même trio… Sans notre entraîneur Parizeau il est très probable que les CF n’auraient jamais existé. MA nous rejoint lors d’un concours à Repentigny, auquel nous terminons deuxième. Jérôme, son cousin, intègre les CF à l’occasion d’un spectacle du jour de l’an. Finalement suite au désistement de notre batteur, Jérôme nous présente Dom qui nous rejoint à son tour.

Q : Vos créations sont-elles influencées par certains artistes ?

JF : Assurément certains chanteurs comme Plume Latraverse ou Lafontaine m’ont inspiré… mais je ne peux pas dire qu’il y en ait un en particulier. C’est l’ensemble des groupes francophones qui sont à la source de mon inspiration pour la rédaction des textes.

Q : Comment définiriez-vous votre style de musique ?

Les CF : C’est tout simplement du « rock alternatif québécois ».

Q : Certaines chansons, comme « toune d’automne », traitent de la vie quotidienne. Votre vécu personnel est-il une source d’inspiration ?

Les CF : Une infime partie peut s’en inspirer. Mais en règle générale, c’est plutôt la vie des gens qui nous entourent. Exemple « toune d’automne » s’inspire d’une période de la vie de JF qui habitait chez des propriétaires dont la fille était partie dans l’ouest.

Q : L’histoire québécoise est souvent présente dans vos textes, pour quelle raison ?

JF : Le social, la politique et l’histoire sont des sujets importants auxquels les gens devraient s’intéresser d’avantage. C’est la raison pour laquelle nos chansons tournent autour de ces  thèmes. A mon avis, l’enseignement scolaire de l’histoire québécoise est insuffisant. Pour comprendre et se situer dans ce monde, il faut préalablement connaître ses racines et son histoire, l’origine de toute identité.

Q : La distribution de vos albums en France est pratiquement inexistante, pensez-vous l’améliorer ?

JF : Notre agent est en pourparlers avec vos maisons de distribution pour améliorer la situation. Négocier avec les Français reste encore compliqué, néanmoins cela devrait bientôt se régler.

Q : Avez-vous des liens particuliers avec la France ?

Les CF : Nous avons eu l’occasion de jouer avec Mickey 3D à Montréal, expérience vraiment plaisante à renouveler si possible.

Q : Culturellement, pensez-vous que nos pays devraient prendre des mesures communes pour défendre la langue française ?

JF : Pour nous, la première chose serait de vous convaincre que notre langue commune est menacée. C’est certainement moins évident pour vous, mais c’est la triste réalité.

Q : Comment améliorer la rencontre des jeunes de nos communautés ?

Les CF : En augmentant les échanges car pour se découvrir le meilleur moyen est encore de séjourner en face.

Q : Pour terminer, quels sont vos projets futurs ?

Les CF : Terminer la tournée actuelle en décembre et composer un nouvel album pour automne 2004 / printemps 2005. Sinon on pense venir en France l’an prochain.