superLors de mon séjour à Vancouver, j’ai eu l’occasion d’acheter le livre de Morgan Spurlock qui en dit long sur les habitudes alimentaires de la société moderne. Malheureusement, ce livre n’est pas traduit en français à ma connaissance.

Il est impressionnant de voir que nos élites politiques ne prennent pas de mesures concrètes pour diminuer la consommation de la mal bouffe (sauf récemment dans les écoles mais il faudrait changer les mentalités à la maison). En effet, cela va être un véritable fléau pour les 50 ans prochaines années. La montée de l’obésité a pour conséquence une augmentation, entre autres, du cholestérol, du diabète, des problèmes cardiaques, etc.

On pointe du doigt les fumeurs qui coûteraient une fortune en soins médicaux à la société mais la mal bouffe va être encore pire. Il est temps de réagir et d’interdire par des moyens légaux ce type d’alimentation qui rend nos enfants obèses, léthargiques et en mauvaise santé (30% des enfants sont en surpoids ou obèse).

L’expérience faite par l’auteur est réellement intéressante et j’espère que cela va permettre de faire réfléchir une partie de la population qui ne prend plus le temps de faire à manger. Il ne faudrait pas oublier que l’action de se nourrir est la plus importante pour notre organisme. La cuisine devrait être enseignée dans nos écoles afin de faire découvrir les goûts et les saveurs à nos enfants.

En effet, il faut se battre pour trouver de la viande sans hormone et sans antibiotique au Québec (au moins on en trouve ce n’est pas le cas dans le reste du Canada)… de la viande avec du goût !!! Nous appliquons chez nous la politique de l’éleveur au consommateur. Cela nous a pris 1,5 ans mais nous avons fini par trouver des petits exploitants dont les animaux voient le jour et peuvent se promener dans les champs. La viande en ressort plus goûteux, plus tendre… le prix est bien moins cher qu’à l’épicerie. Le seul hic est qu’il faut acheter des animaux entiers ou des demi-bêtes (le quart pour le bœuf). Heureusement, la conservation sous vide et la congélation nous permettent de nous en sortir.

Il serait temps que la population réalise les méfaits de la mal bouffe… le contrôle de notre alimentation est important pour notre santé et pour la sauvegarde de notre culture. En effet, les plats industriels sont tous les mêmes… sans goûts.

Je pourrais donner quelques adresses pour les personnes vivant autours de la ville de Québec et du Saguenay. Il est possible de trouver de l’agneau, du porc, du bœuf, du lapin et de l’oie.