bordeaux_tram1Depuis plusieurs mois, le débat sur la construction d’un Tram à Québec fait rage. En effet, une partie de la population est contre et les pouvoirs politiques sont fébriles. Pourquoi ? Esprit individualiste d’une partie de la population et mauvaises raisons budgétaires. Pourtant, les avantages d’un Tram sont nombreux et démontrés à travers les nombreuses réalisations à travers le monde (Bordeaux, Montpellier, etc.).

Tout d’abord, un Tram permet une plus grande régularité des transports en commun et une intensification du trafic aux heures de pointe (toutes les 2-3 minutes à Bordeaux). Les Trams automatiques permettent d’allonger les heures de service (jusqu’à 2h00 à Bordeaux) et donc de redynamiser les centres villes le soir en évitant les problèmes d’alcools au volant, de fatigue, de bruit, de stationnement…

Ensuite, un Tram restreint drastiquement les possibilités de circulation des voitures. C’est plutôt une bonne chose pour lutter contre la pollution et les désagréments sonores des voitures. Il force également les plus réfractaires à prendre les transports en commun ce qui n’est pas un mal (en effet, quand on passe 1 heure dans le trafic à cause du Tram on finit par considérer la possibilité de l’utiliser). De plus, des stationnements gratuits pour les voitures aux extrémités des lignes permettent de faciliter l’utilisation du Tram pour les personnes habitant à l’extérieure de la ville.

Mon expérience à Bordeaux m’a permis de vivre sans et avec le Tram. Au départ, il y a pas mal d’inconvénients dus aux travaux mais après c’est la libération. On n’hésite plus à se rendre au centre ville pour aller boire un verre et profiter des parcs et lieux publiques. Pour le travail, on évite le trafic du matin et on rentre moins fatigué. Les fréquences possibles avec ce nouveau type de Tram permettent aux usagés de ne jamais attendre plus de 10 minutes et de se rendre partout en 20-30 minutes.

Néanmoins, il faut que le tracé du Tram soit étudié à la loupe car son succès en dépendra fortement (Le parc technologique et l’université doivent être desservis en priorité). De plus, il serait temps que la ville de Québec se dote d’une véritable politique de transports en commun… facilité d’accès, prix accessibles, respect des usages et des règles de circulation des bus (la courtoisie serait un plus). Les lacunes du présent système de transports sont multiples et beaucoup se découragent et prennent leurs voitures, malheureusement ce thème majeur pour redynamiser et reconcentrer la ville de Québec n’a pas été assez au cœur de la dernière campagne électorale. De plus, n’oublions pas que la majorité de la population est pour… on attend des actions concrètes pour aller en ce sens !